Peut-on moins s’échauffer, ou moins longtemps, sous prétexte que le mercure s’élève, aux beaux jours ? Si l’idée peut sembler relever du bon sens, elle n’en est pas moins fausse…

On soupçonne certains de vouloir en profiter. De raccourcir voire de zapper leur échauffement sous prétexte que hein, bon, il fait déjà assez chaud comme ça, aujourd’hui. Si on sait qu’il est important d’insister sur son échauffement quand il fait froid, d’autres se disent peut-être que l’inverse est envisageable. Mais les choses ne fonctionnent pas forcément de la sorte…

Article complet sur www.jaimecourir.fr